Le jazz canadien à l’écran : un programme de courts métrages

25 avril
2022
Institut français Bremen Contrescarpe 19 28203 Bremen

Short and Suite de Norman Mclaren et Evelyn Lambart, 1959, 5 min
Cette courte animation constitue un magnifique cocktail de couleurs réalisé par Norman McLaren et Evelyn Lambart. Les diverses ambiances de la musique d’Eldon Rathburn écrite pour un ensemble de jazz sont traduites en motifs de couleur et de lumière en mouvement. Ce court métrage animé est composé d’images grattées et peintes à la main directement sur la bande de film.

Begone Dull Care de Norman Mclaren et Evelyn Lambart, 1949, 7 min
Dans cette courte animation remarquable, Evelyn Lambart et Norman McLaren ont peint des couleurs, des formes et des transformations directement sur leur bande de film. Le résultat est une interprétation vivante, en lignes et couleurs fluides, d’une musique de jazz jouée par l’Oscar Peterson Trio.

Oscar de Marie-Josée Saint -Pierre, 2016, 12 min
Mêlant brillamment séquences animées et images d’archives, Marie-Josée Saint-Pierre brosse un portrait émouvant du pianiste virtuose Oscar Peterson. Sur les airs de compositions tantôt entraînantes, tantôt mélancoliques de Peterson, le film alterne entre séquences d’animation et séquences d’interviews radio et vidéo, pour raconter l’histoire touchante d’une vie de jazz.

Toronto Jazz de Don Owen, 1963, 27 min (https://www.nfb.ca/film/toronto_jazz/)
Ce court documentaire trace le portrait de la scène jazz torontoise du milieu du siècle dernier, à travers les yeux du cinéaste de renom Don Owen. Le film présente des numéros célèbres de ce qui était alors considéré comme le troisième plus grand centre de jazz en Amérique du Nord, mettant notamment en vedette le trio Lenny Breau, le Don Thompson Quintet et le Alf Jones Quartet.

Musicien, archiviste, chercheur et programmateur indépendant, Frédéric Savard s’intéresse à l’intégration de documents d’archives dans les créations audiovisuelles contemporaines. Son intérêt pour la musique et l’histoire du cinéma lui a permis d’être programmateur invité à la Cinémathèque québécoise et au festival Pop! Montréal ces dernières années. Il a également contribué à la redécouverte de l’album Bush Lady, de la légendaire cinéaste abénakise Alanis Obomsawin. Plus récemment, Savard a aidé à faire revivre les enregistrements de la bande sonore de John Coltrane, longtemps oubliés, pour un nouvel album, Blue World, paru chez Impulse! Record/Universal Music en septembre 2019.

Avec : Frédéric Savard